Le remaillage: Bonne ou mauvaise technique?

Le remaillage : bonne ou mauvaise technique!?

On groupe sous le terme de « remaillage » l’ensemble des fils utilisés comme des implants sous cutanés afin de créer des fibres collagènes, une fibrose rétractile et donc une remise en tension dans les axes donnés. Aujourd’hui ces traitements sont en recul, comparés à tous les produits implantables dont on dispose. Certains praticiens y sont pourtant très attachés !

Comment ça marche ?

Le remaillage par fils tenseurs
Le remaillage par fils tenseurs. Ambassade Esthétique

En excluant les fils crantés ou fils russes, le remaillage se prétend une solution alternative au lifting chirurgical. Il a donc pour objectif la correction des relâchements de la peau et le comblement de plis et de rides.

Le principe est de créer une réaction fibreuse à corps étranger autour du fil introduit sous la peau. On sait que les cellules fusiformes de cette fibrose ont tendance à s’épaissir et se rétracter. La multiplication et le maillage en filet des fils introduits va donc provoquer une rétraction cutanée de l’ensemble de la région traitée. Au demeurant, la fibrose induit la régénération des fibres collagènes à proximité.

De quoi s’agit-il ?

On vous proposera en principe trois types de fils :

  • Le fil de Goretex® : non résorbable et réservé aux sillons nasogéniens, à la ride du lion ou au gonflement des lèvres. Attention : produit très bien supporté mais en cas d’infection ou d’insatisfaction il tend à s’incruster dans les tissus et devient alors très difficile à retirer.
  • Le fil Softform® : a à peu près les mêmes indications que le Goretex® mais a la particularité d’être résorbable. La fibrose survit à la résorption du fil qui s’effectue vers la 6è semaine après introduction. Qu’advient-il alors de la fibrose obtenue et dans quels délais ? Difficile à dire.
  • Le fil d’or : a mille qualité : corps inerte, il ne déclenche pas d’allergie, il n’est pas résorbable et avant tout, il fait rêver. Son mécanisme est plus difficile à expliquer, il peut être associé à des fils crantés pour retendre plus efficacement les tissus, sans chirurgie à proprement parler.

A qui s’adresse ce soin ?

A toutes celles et à tous ceux qui estiment que la chirurgie ne doit être réservée qu’aux grands malades et qui considèrent qu’un chirurgien qui sait ce qu’il fait est plus dangereux qu’un médecin qui introduit des fils à l’aveugle…

Déroulement de la séance, suites ?

Les accidents sont en fait plus rares qu’on ne pourrait le croire. La séance se déroule au cabinet du médecin qui introduit plusieurs fils selon une technique savante. Certains parlent de faire une « chirurgie douce, » d’autres affirment stimuler des points profonds d’acupuncture. Il faut savoir que des risques sont possibles : hématomes, embrochage de nerfs ou d’artères ou ,plus souvent, infection. En outre, les fils peuvent migrer, faire issu au travers de la peau, se casser ou être rejetés.

Quel rythme ? Quand s’arrêter ?

Une seule séance suffit par zone.

Efficacité

Très controversée. Les risques semblent aujourd’hui trop élevés en regard des autres techniques par addition, des lasers, lumière pulsée et autres radiofréquence.

Notre avis :

Une bonne technique est celle qui est capable de subir des évaluations scientifiques et de donner des preuves incontestables d’efficacité et d’innocuité. C’est aussi une méthode qui dure…

Source: Belles, beaux sans bistouri!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top